( 0 Votes ) 
Created on 19 April 2014 Written by Anthony Gitonga
Hits: 4
Print

Kumenya ibyo ushinzwe mu kazi ukora ni inshingano zawe, ntabwo bireba umukoresha wawe, ni ngombwa ko umenya kwihesha agaciro no kugahesha ibyo ukora. Iyo uri mu kazi ni wowe umenya uburyo bwo kukitangamo kugirango urusheho kugera ku ntego. Umuntu yitanga mu byo yemera kandi yisangamo.  

Mu gitabo cyanjye nise “Inzira iganisha ku ntego” nigisha ko agaciro ko kumva wuzuye  ugahabwa agaciro n’uburyo bwo kuzuza inshingano ufite. Twese tuzi ko niba dukeneye ko ibintu bikorwa tugomba gushyiraho akacu, nyamara siko bikorwa buri gihe,tukaba twakwibaza iki kibazo tuti: ese kuki tutita ku nshingano dufite? Hari impamvu eshatu zigaragza igituma tutita kuri izo nshingano.

1. Dukunze gutegereza ak’imuhana
Hariho abantu bakunda gushakisha no gutegereza igisubizo giturutse ahandi, aho gukoresha ubushoboz n’ibyo bafite muri uwo mwanya; ku bwanjye wategereje igihe kirekire, igihe kirageze tangira ukore.
Hashize igihe menye ko atari njye zingiro rya byose, ntacyo nshobora kubonera ubuntu ku isi kandi ntabwo izunguruka ku bwanjye. Niyo mpamvu ari njye ukwiye gufata iya mbere ngo ngendere ku byo isi ishaka.

Uwitwa Nan S. Russell yanditse agira ati: burya abantu babasha kurangiza neza inshingano zabo ni abadategereza ak’imuhana, nibo ubwabo bagena uko bakora bakarangiza neza ibyo bashinzwe, bakiha icyerekezo gikwiye.

2. Ntitubasha kwibona no kwiyumvamo abo turi bo
Kugira ngo ubashe kugera ku ntego wiyemeje, ni ngombwa gushobora kuba uwo uri we, kenshi cyane tunanizwa no gushaka kuba abo tutaribo.
Uko twibona byerekana mu by’ukuri abo turi bo, iyo twibona uko tutari bishobora gutuma tutagera ku byo twifuza. Kuko icyo gihe tuba tubona ibintu uko turi atari uko biri, niyo mpamvu bisaba ko twimenya uko turi kugira ngo tuzabashe kugere ku byo twifuza kandi neza.
Tubashije kwibona no kwiyumva uko turi byadufasha kumva no kubana n’abandi uko bikwiye bityo bikadufasha kongera umusaruro.
Ariko se, wakora iki ngo ubashe gushyira imbere uko ubayeho mbere y’uburyo ushaka gukoramo? Ni iki gisabwa ngo utangire wige kuba uwo uri we no kubibyaza umusaruro?

3. Ntitubasha kuguma kuba abo turi bo
Iyo tubashije kuba abo turi bo mu kazi dushinzwe bidufasha gutera imbere neza kandi vuba. Niyo mpamvu rero ari ngombwa kuba uwo uri we nyuma ukazaba uwo wifuza kuba. Nkuko tubibwirwa na Barbara Cook: “nta rushanwa rigaragara iyo ubashije kuba uwo uri we”, icyo usabwa gusa ni …………

Ese amatalanti, ibyo uzi gukora ndetse n’ ibyo wagezeho ni ibihe? Iyo ushaka akazi nibyo ushyira imbere cyangwa ugerageza kwihimbira ibindi utazi neza kugira ngo ubashe guhabwa umushahara munini(mwinshi). Burya biba byiza mu kazi gukora inshingano uzi neza ko zihwanye n’ubushobozi bwawe.

Tekereza ku bigutera gushaka gukora akazi runaka ka buri munsi, wibaze icyatuma ubigeraho muri ako kazi. Kubasha kugera ku ntego wiyemeje mu kazi, uzuza neza inshingano ufite muri ako kazi.   

Byanditswe na Anthony GITONGA
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

  User Rating:  / 0
( 0 Votes ) 
Created on 28 March 2014 Written by Jean-Pierre Lauzier
Hits: 5
Print

En tant que vendeur, vous arrive-t-il d’avoir la sensation de déranger un client pour l‘inciter à acheter? Est-ce que vous vous dites : « Etre vendeur c’est d’être achalant»? Si, selon votre perception, cette affirmation est vraie, retournez immédiatement faire de la prospection, car vous aurez besoin de beaucoup de temps pour courir après un client qui vous fuit. Par contre, si vous répondez : « NON, ce n’est pas mon opinion ni mon point de vue », alors je vous propose une formule gagnante qui a fait ses preuves.
Cette méthode est simple, elle consiste à faire et penser comme un client. Tous ceux qui l’appliquent obtiennent des résultats exceptionnels, et ce, de façon régulière et permanente.

Regardons ensemble cette approche qui apporte tant de succès. Comme vendeurs, nous souhaitons tous que le client soit enthousiaste face à notre offre. Mais que pouvez-vous faire pour susciter cette excitation chez votre client? La réponse : pour générer, chez un client, un enthousiasme et un désir de passer à l’action, vous devez trouver ce qui l’intéresse, ce qu’il veut obtenir.

Un vendeur partenaire et non voleur

En tant que maître vendeur, votre travail consiste à identifier son objectif, ses raisons et ses motifs d’achats et, comme résultante, vous devez faire en sorte que ces éléments deviennent vôtres. Cette synthèse sur ce que le client désire doit devenir votre principale source de motivation. Si vous avez les bien perçus et que vous travaillez avec ardeur pour l’aider à réaliser ce qu’il désire, vos chances de vendre sont très fortes. Par contre, si vous pensez surtout à vos produits ou services ou encore à vos propres intérêts, vous diminuez considérablement vos chances de réussite.

Le désir du client doit devenir un objectif commun pour vous et lui, et il en va de même pour les raisons d’achat qui doivent devenir des motifs d’achats communs.

Un fait important : vous devez non seulement vous oublier personnellement dans toute transaction, mais surtout oublier que vous êtes un vendeur. Voyez surtout à vous positionner comme un associé ou même un ami qui recherche constamment le bien de son client. Avez-vous remarqué que nous ne parlons pas du tout de VOS produits, de VOS services, de VOTRE entreprise ou de VOS propres objectifs de vente? Rappelez-vous qu’un client n’achète jamais pour VOS raisons.

Ce que vous offrez n’est pas une fin en soi, c’est en fait un véhicule qui permettra au client de se rapprocher de ce qu’il veut.
Si vous vendez des logiciels, il est fort probable que le client recherche une meilleure rentabilité pour son entreprise. L’objectif commun est donc basé sur cette rentabilité et non pas sur les caractéristiques du logiciel.

Mais, ne faites pas l’erreur d’assumer que vous connaissez d’avance les vues du client. Sachez poser les questions qui vous permettront de découvrir ses besoins. Allez le rencontrer sur le terrain afin de comprendre ses perceptions et sa façon de procéder. En agissant ainsi, il vous respectera comme on le fait avec un vrai partenaire. S’il vous voit juste comme une personne qui ne pense qu’à s’accaparer de son argent, vous aurez toujours beaucoup de difficulté à vendre.

Attention, cette méthode nécessite du temps. Persévérez avec patience et fermeté dans cette approche et vous serez étonné des avantages que vous en retirerez.

En définitive, gardez en mémoire que l’important, c’est d’unir vos forces pour qu’il y ait une communication honnête et sincère afin que vous puissiez courir tous les deux dans la même direction. Ainsi, vous irez beaucoup plus loin… ensemble.

L’auteur est un conférencier, formateur, expert-conseil
JPL Communications www.jeanpierrelauzier.com

  User Rating:  / 0

Page 1 of 17

<< Start < Prev 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Next > End >>