Have your say

( 1 Vote ) 
Created on 18 June 2013 Written by RHD
Hits: 467
Print


Pendant plusieurs années, l’offre à Kigali était toujours la même en matière de restauration, de services, de produits. J’en étais arrivée à me demander si la créativité faisait peur les entrepreneurs. Un jour de 2010, un ami m’appelle pour m’informer qu’il vient de s’acheter une grande parcelle et qu’il voulait investir. Je lui répondis qu’il devait se lancer dans la transformation de légumes vu que jusque là, le marché était dominé par les kenyans.

Mais pour lui, le seul business à faire c’était le café. Evidemment !!! Hors en matière de café, la concurrence est rude au Rwanda et le marché bien développé. Pourquoi investir dans ce qui existe déjà si vous n’êtes pas capable de vous démarquer ? Mais après, tout est question de motivation. Si pour vous entrepreneur, le but est juste de se faire de l’argent sans penser à votre clientèle, les formules classiques sont faites pour vous.

Un peu comme tous ces restaurants qui pullulent à chaque coin de rue et qui offrent tous le même service : buffet, african tea et brochettes. Il y a 3 ans, après 2-3 mois à Kigali, on avait vite fait le tour des restaurants et des activités.

Loin des formules classiques
Mais depuis quelques temps, les choses bougent, beaucoup osent. Oser la différence. Offrir autre chose que le classique buffet ou le pain coupé. En effet, si vous vous êtes baladés du côté de Kacyiru, vous aurez remarqué depuis un an, sur cette rue assez étroite, le restaurant “Meze Fresh”.

La formule est simple. Vous composez vous-mêmes votre borrito. On reste un peu dans le même style buffet mais en lieu et place des haricots rouges et banane sauce, vous avez avocats, viande porc. Le concept est bien, le goût différent. Evidemment, le prix plus élevé que le buffet classique. Un peu plus loin, à KBC, toute de noir vêtue, l’enseigne vous invite à un voyage délicieux fait de crème pâtissière et pâte brisée. Vous l’aurez compris “Brioche“ c’est la nouvelle pâtisserie de Kigali à ne pas rater.

Pour être franche, je rêvais depuis longtemps d’un bon gâteau au chocolat, forêt noire, le genre fondant dans la bouche, ici mon voeu a été exaucé. Pour les amateurs de pâtisserie et viennoiserie, à coup sûr, vous allez tomber en amour.

Tout cela pour dire que OUI à Kigali, il est possible de faire les choses différemment. Et que les offres commencent à se diversifier pour le plus grand bonheur de nous consommateurs qui en redemandent encore et encore.

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

  User Rating:  / 1
( 0 Votes ) 
Created on 18 June 2013 Written by Eddie Heh
Hits: 995
Print

 

J’ai trouvé ceci sur internet et je voudrais le faire partager avec vous parce que je me rends compte que de plus en plus de jeunes femmes pensent qu’il faut être comme les femmes occidentales pour se sentir belles.

“La femme africaine est belle. La beauté de la femme africaine n’est pas assez mise en valeur. Certes, il y a eu Naomi Campbell, Halle Berry, Beyoncé, et j’en passe. Mais je pense à la femme africaine qui vit en Afrique, car contrairement à ce que l’on pense, les plus belles africaines se trouvent là-bas. A mes yeux, la femme africaine est moins belle lorsqu’elle se met des cheveux lisses, se blanchit la peau et se pare de couleurs tristes, comme le font les femmes blanches. La femme africaine est belle au naturel, avec ses nattes, sa belle peau foncée, sa peau douce, parfumée, ses gestes gracieux, sa voix et ses courbes sensuelles.Nul besoin de se blanchir la peau, nul besoin de s’affubler de perruques enlaidissantes, qui ruinent notre image et décrédibilisent notre beauté originelle. La femme blanche est belle également mais elle n’a pas, fort heureusement, le monopole de la beauté... Nous vivons dans un monde qui veut gommer les différences, mais l’humanité demeure. L’humanité est plurielle et diverse. Etre une femme ou un homme c’est aussi respecter l’humanité qui est en nous et respecter ce que l’on est “

En lisant ces textes, je me suis rendue compte à quel point beaucoup de femmes africaines ont dévalué les richesses culturelles qu’elles avaient au profit ce celles occidentales.

Je me désole de voir toutes ces belles filles africaines dans les bureaux qui essayent d’être comme des stars européennes ou américaines. A Dakar, à Bamako et d’autres villes africaines, une constatation me navre au plus haut point : les femmes africaines sont nombreuses à s’éclaircir la peau. Malheureusement à Kinshasa et a Brazzaville, ce n’est plus une pratique réservée qu’aux femmes mais aussi aux hommes qui se dépigmentent sans honte leur peau … Apparemment, ceci est un signe de beauté et quand je croise tous ces hommes avec des tâches noires sur les coudes et sur les articulations des doigts, je ne peux que me désoler.

Autant j’aime bien qu’on soit habillé en occidental au bureau, mais autant j’aime bien aussi comment les femmes ivoiriennes s’habillent pour aller au bureau. Grace au génie créateur de nombreux couturiers, le pagne africain a trouvé sa place de noblesse dans les bureaux. Le wax est cousu de façon chic et se porte aussi facilement que les tailleurs occidentaux. Le port du pagne Wax ou du Bazin n’est plus encombrant même dans le milieu professionnel.

J’aime aussi comment le boubou est devenu au Mali, au Nigéria, au Bénin etc, un habillement de travail des hommes chics et élégants. Les hommes se pavanent avec beaucoup de fierté dans ces tenues riches en amidon qui leur donnent une image d’élégance.

Au Rwanda, les boucles d’oreilles faites . base de vannerie, les colliers . base de papiers sont d’une telle finesse qu’ils ne devraient choquer personne dans les bureaux. Au Ghana, le Batik, cousu en robes pour les femmes ou en chemisiers pour les hommes trouvent bien leur place m.me dans les banques les plus prestigieuses du continent.

En Egypte, au Maroc et dans la plupart des pays sahéliens, le henné (qui est un produit de beaut. par excellence en Egypte, au Maroc et dans la plupart des pays sahéliens) sont d’une beauté immense sur les mains et les pieds.

En Mauritanie, les voiles aux couleurs chatoyantes sur les femmes n’est qu’une agréable vision de la beauté et de l’élégance de la femme maure.

Au Kenya, les perles Masai et au Niger, les bijoux Touareg sont d’une beauté que je ne comprends pas pourquoi on d.pense des fortunes. s’acheter des bijoux d’ailleurs.

A Madagascar, les sacs en raphia ne sont achetés que par des touristes qui les ramènent chez eux comme une grande trouvaille… C’est rare de voir aujourd’hui les filles «modernes». les porter. Au contraire, elles ne veulent être vues qu’avec des grandes marques telles que Vuitton, Longchamp a leur bras.

De mème pour les produits de beauté. L’avocat, autrefois utilisé par nos grands-m.res pour nettoyer la peau a cédé sa place aux produits occidentaux non adaptés a nos peaux. Le beurre de karité qui est un des produits phares dans la plupart de la cosmétique occidentale devrait .tre le produit par excellence de la beauté africaine soit pour le corps ou pour les cheveux.

Chers frères et soeurs africains dans le monde des affaires, nous n’avons nul besoin aujourd’hui de nous blanchir la peau, ni de nous affubler de perruques qui enlaidissent et puantes pour nous valoriser.

L’Afrique regorge de biens, de trésors souvent m.connus ou inutilisés pour nous. Il est temps de reconnaitre que ce ne sont pas que d’objet d’art ou de d.coration qu’on trouve dans notre continent.

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.




 

  User Rating:  / 0
( 0 Votes ) 
Created on 18 June 2013 Written by Tazim Elkington
Hits: 285
Print

 

NO! NO, NO! This word has a strong connotation associated with rejection, bad manners and unacceptable societal behavior. It is a word that most people do not want to hear. Usually one avoids saying NO in the hope that they will not hear it either.

The whole reasoning around the YES is ingrained in us at every turn and corner as an approval and acceptance mechanism. When one says YES then people will like or love you more, or think you are a good person, or praise you and the list is endless. When one says NO, they are regarded as difficult and rude with no place in society and certain circles. When we start breaking down this phenomenon, the person with strongest YES will start learning to say NO.

Take for example, in the work place, when a timely promotion seems unlikely, this could be for many reasons. It could mean that your performance requires improvement; or that your boss does not really agree with you; or that it’s time to move on. Alternatively it could mean you are not assertive enough to get what you deserve. This could also mean you are better off finding another space where you will be better appreciated.

However, most people will sit in the same spot wishing and wanting what is not going to happen. Resentment and self-condemnation become the toxic spaces that one creates remaining in such scenarios. Basically this is a complete NO from life that ought to be taken as a wakeup call to change something that’s not working.

Let’s take this to relationships, when a person says NO to another there is a sense of deep rejection. Instead of being thankful for the honesty of the other person we take it upon ourselves to belittle and shrink ourselves for receiving a NO. It would be foolhardy to think that every YES is a long lasting relationship as most end up as short lived experiences.






The more I have learned to say NO to what does not resonate with me, the easier my life has become. NO to those who are energy vampires; NO to work that goes against my values and principles; NO to the person who says he loves me and is dishonest and unfaithful; NO to being imposed on by others and a definite NO to bystanders with idle time to gossip on their hands.

It is important to understand and accept that unless one knows what they want and what they don’t want, it is not easy to set boundaries. One can become a garbage disposal and be taken advantage of without drawing these lines.

Start experimenting saying NO when you feel you are exhausted or when you do not have the time and you will be surprised at the results. Some will suddenly not care about what you feel and be upset with your NO and others may even have some things to say that will astound you.

Life is not about getting other people’s approval or acceptance. It is really about your Yes and NOs defining what you stand for and the quality of life you want to live!

The Indian Black Butterfly!
http://www.tazim.net


 
 
 
 
 
  User Rating:  / 0

Page 1 of 6

<< Start < Prev 1 2 3 4 5 6 Next > End >>