( 0 Votes ) 
Created on 23 June 2014 Written by Faustin Niyigena
Hits: 118
Print

Abananyarwanda n’abanyamahanga bakora akazi ko guha serivisi ababagana biteguye kwakira neza abashyitsi . bazitabira inama ngarukamwaka ya Banki Nyafurika Itsura Amajyambere (AfDB).

Iyi nama igiye kuba ku nshuro ya 49 izabera i Kigali mu Rwanda kuva tariki byanditswe na Faustin Niyigena ya 19 kugeza ku ya 23 aho izahuriramo abantu bari hagati y’ibihumbi 2 na magana atanu n’ibihumbi 3 (2,500- 3,000).

Ubuyobozi bw’iyi Banki buvuga ko muri iyi minsi 5, abazaba bari muri iyi nama bazakorana ibiganiro ku ntego igira iti: “Afurika dukeneye mu myaka 50 iri imbere.”
Kimwe mu bikenewe na Afurika ni ugutanga serivisi neza kandi n’u Rwanda ni kimwe mu bihugu bikinengwa imitangire ya serivisi mu nzego zakira abantu ariko kuri iyi nshuro abatanga serivisi bavuga ko bazakira ababagana neza ndetse ku rwego mpuzamahanga nkuko babisabwa n’ikigo cy’igihugu gishinzwe iterambere (RDB).

Umuyobozi w’ishami ry’ubukerarugendo mu Rwanda (tourism chamber), Bart Gasana avuga ko imyiteguro yo kwakira abo bashyitsi irimbanyije kandi ko ibintu byose birimo bigenda neza.

Uko kwakira abantu bizakorwa Mu bijyane n’amafunguro ndetse no guhaha utuntu dutandukanye, urwego rw’ubukerarugendo rutangaza ko uberaiyinamaya49yaAfDBhateguwe ahantu hagari hazaba harimo resitora na za butike abo bashyitsi bashobora kwifashisha mu gihe bari mu biganiro cyangwa bari mu karuhuko.

Aho hantu hatunganyijwe ni ahazwi ku izina rya Camp Kigali, hakaba haratoranijwe kuko ari hagari kandi hegeranye na hoteli Serena izaba iri kuberamo ibiganiro. Gasana ati “Camp Kigali ni nka conference village kuko hazaba hari urukurikirane rw’amaresitora atandukanye ushobora gusangamo ibyo kurya by’ubwoko bwose byaba ibyo muri Afurika, u Bushinwa, Amerika, Aziya n’ahandi ndetse hakazaba harimo n’aho kugurira ikawa n’icyayi by’u Rwanda hamwe n’amaduka azaba acuruza ibintu bitandukanye cyane ibikoresho by’ubugeni (object d’art).”

Umuyobozi wa Serena Hotels mu Rwanda akaba na visi perezida w’ishyirahamwe ry’abanyamahoteli, Charles Muia yemeza ko urwego rw’amahoteli ruzaba ruri gutanga serivisi ziri ku rwego rukenewe.

Ubu buryo bwo gukoresha Camp Kigali buzatuma hatabaho akajagari ko gushaka kujya kurira muri hoteli ucumbitsemo cyangwa ujya gushakisha ibyo ugura mu masoko atandukanye yo mu mujyi wa Kigali kuko ibyo byose bizaba biri hamwe kandi hafi yawe.
Kubijyane n’amacumbi yo kuraramo, amahoteli yatoranijwe n’itsinda ryishyiriweho na Banki ubwayo ko azakira abo bashyitsi, ubu yatangiye kumenyeshwa abashyitsi izakira n’icyumba buri wese azararamo.

Bart Gasana ati: “kugeza ku itariki ya 12, buri hoteli iri kugenda ihabwa izina ry’umuntu, igihugu aturutsemo, umwirondoro we nkuko uri kuri credit card ye n’ibindi.”

Gasana avuga ko ubu buryo nabwo buzaca akajagari muri za hoteli kuko banasaba abari barakoze reservations (abishyuye mbere) ko iyo myanya yabo ariyo bazashyirwamo mu buryo buzwi n’urwego rw’ubukerarugendo na AfDB ku buryo nta cyumba uzasanga cyateganyirijwe (reserved) inshuro 2 n’umuntu 1 cyangwa abantu 2 batandukanye.
Iri tsinda rya AfDB n’urwego rw’ubukerarugendo biri kuyoborwa na Minisiteri y’imari n’igenamigambi (MINECOFIN).

Usibye iyi nama mpuzamahanga ya 49 yateguwe na AfDB, u Rwanda muri Nzeri nabwo ruzanakira inama ya 14 yiga ku iterambere n’ubucuruzi nayo iri ku rwego mpuzamahanga. Iyo nama yitwa International Trade World Centre ifatanywa n’indi yitwa International Trade Centre’s Women Vendors Exhibition and Forum.

 Usibye izi nama zose ziteganyijwe kubera mu Rwanda muri uyu mwaka, u Rwanda ruherutse no kwakira izindi nama 2 mpuzamahanga; imwe ikaba yaritwaga Transform Africa yakurikiwe n’iyitwa ICT for Agriculture kandi izi zose bazakiriye neza.

Umuyobozi ushinzwe ubuziranenge muri RDB, Emmanuel Werabee avuga ko urwego ayoboye ruri gukorana n’inzego (sectors) zose bireba kugira ngo buri kimwe cyose kizabe kiri mu buryo bwiza mu gihe cyo kwakira ibi bihumbi by’abashyitsi.

Zimwe muri izo nzego harimo urwego rwo gutwara abantu n’ibintu hakoreshejwe imodaka cyangwa indege, inzego z’umutekano n’abandi bose bireba barimo n’abikorera.

U Rwanda kuba rutoranywa kwakira izi nama nini zihuriramo ibihumbi by’abanyacyubahiro biba bigaragaza ishema u Rwanda rufite mu ruhando rw’amahanga kuko izi nama ikintu cya mbere gisabwa kugira ngo zizanwe mu gihugu runaka ari umutekano. TSM

Byanditswe na Faustin Niyigena
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

  User Rating:  / 0
( 0 Votes ) 
Created on 21 April 2014 Written by Marcellin Gandonou
Hits: 1090
Print

1-    Recevez la personne sans  utiliser son dossier
La plupart du temps  les gens aiment travailler dans une entreprise qui gagne ou qui va gagner. Pour mieux connaître la personne, privilégiez une rencontre informelle pour discuter des questions d’actualités. La plupart du temps vous verrez qu’elle manifestera de l’impatience et de l’incompréhension, voire de l’agressivité. En entretien, chaque candidat a un discours bien préparé dans la tête et se retrouve déboussolé  face à l’imprévu.

2-    Confrontez ses dires à son dossier
Beaucoup de candidats font du copie-collé et écrivent des banalités comme « aptes à travailler sous pression ». Pourtant, lorsque vous lui avez posé une question à laquelle il ne s’attendait pas, il s’énerve. La dernière fois j’ai demandé, sans détour, à un candidat s’il était marié. Il me rétorque que la question est trop directe. Justement, certains clients n’aiment pas perdre leur temps et vont droit au but. Cela montre la capacité de ce candidat à amortir les questions choquantes et directes.

3-    Parlez de tout et de rien
Abordez des sujets qui fâchent et qui déclenchent les passions comme l’émancipation de la femme, l’égalité des sexes, etc. Donner votre point de vue en prenant des positions fixes et contre nature. Il arrive que le candidat s’en prenne directement à vous comme si vous étiez responsables des problèmes du monde. Une telle personne n’est pas bonne pour votre équipe si vous êtes une entreprise multiculturelle. La passion est l’ennemie de la cohabitation.

4-    Testez sa persévérance et n’engagez pas un salarié
« A la recherche du bonheur » avec Will Smith est un film qui m’a fortement marqué. Une vingtaine de stagiaires sont recrutés pour un seul poste. Non seulement ils n’étaient pas payés mais ils trimaient dur pour prouver leurs compétences. Si vous voulez être une entreprise spéciale vous devez avoir des gens spéciaux. Un des principes de management veut qu’on fasse d’abord monter les gens dans le bus avant de leur dire leur destination. Très souvent les gens veulent tout savoir avant de s’engager. Seuls les persévérants sont prêts à s’engager dans de gros challenges sans aucune assurance. C’est le propre des employés-entrepreneurs.  
Un élément important : il ne faut pas avoir des salariés mais des entrepreneurs au sein de votre équipe. Robert Kyosaki dit « si vous avez des employés ils formeront un syndicat  mais si vous avez des entrepreneurs vous formerez une équipe ».

5-    Ecoutez votre instinct et rassurez-vous que vous parlez le même langage  
On dit souvent que la première impression, ou décision, est la bonne. Cela me rappelle la série américaine « Lie to me ». Le docteur Lightman, spécialisé dans la détection des émotions, se rend à l’aéroport muni d’une mallette pour tester une nouvelle recrue. L’agent, qui ne se doutait de rien, les interpelle face à leurs comportements suspects. Elle demande des renforts voyant qu’ils résistaient. In fine, ils ouvrent la mallette rempli de billets de banque. On demanda à la recrue comment elle avait pu les détecter, elle répondit : «  j’ai eu plusieurs petits copains ». Là dessus, le docteur lui laissa la mallette comme prime à l’embauche. Si vous ratez votre première impression, vous risquez de ne plus pouvoir vous rattraper.
 
L’auteur est un Coach, Formateur, Directeur à H&C TOGO
www.marcegand.wordpress.com

  User Rating:  / 0

Page 1 of 18

<< Start < Prev 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Next > End >>

Pick your TSM Country Site